Jean-Louis FETJAINE


Le crépuscule des elfes (Belfond) nikolechef Sylh
La nuit des elfes (Belfond)
L'heure des elfes (Belfond)
Le Crépuscule des elfes
"Le genre littéraire heroïc-fantasy est traditionnellement réservé aux anglo-saxons, car il trouve sa source au plus profond du folklore populaire celtique. Mais il était étonnant que les « Celtes français » n'aient pas encore su se tailler une place au soleil. Oubli réparé. Hélas, pas forcément de la meilleure des façons.
Le Crépuscule des Elfes est donc le premier roman de Jean Louis Fetjaine qui a tenté le pari osé de mélanger à la fois le merveilleux du mythe arthurien et le réalisme brutal de l'héroïc façon Donjons&Dragons. Autant dire deux mondes qui s'opposent.
Et le moins que l'on puisse dire est que cet essai est loin d'être transformé.
Tout part d'un incident diplomatique opposant les Elfes et les Nains et menaçant la paix : l'elfe des marais Gael aurait tué et dépouillé le Maître armurier nain Troïn d'une cotte de maille légendaire. Le grand conseil sous la férule de l'énigmatique Roi des humains Pellehun, décide d'envoyer une compagnie multiraciale, (un emprunt éclatant au SdA ) à la tête de laquelle la Reine elfe Lliane, l'humain Uther et le Nain maître maçon Tsimmi partent retrouver et interroger le prétendu suspect.
Se grefferont sur cette trame simpliste et, c'est  le moins que l'on puisse dire, convenue à souhait (influence Donjons ?) maintes intrigues politiques et trahisons, ainsi qu'une romance étonnante. Le tout sous le regard intéressé du Seigneur ténébreux en ses noires terres (sans commentaire).
Le principal reproche que l'on puisse faire à cet ouvrage, outre son manque d'originalité flagrant, est son manque de maîtrise globale malgré un déroulement assez limpide, car linéaire.
-Manque de maîtrise des descriptions, car hormis quelques personnages centraux, le monde de JL Fetjaine reste flou et difficile à cerner. Les scènes se succèdent à un rythme effréné et hormis le passage dans les Marais plutôt bien rendu, les tableaux sont assez sommairement dépeints. Assez étonnamment, l'auteur insiste parfois lourdement sur les descriptions des personnages principaux, revenant sans cesse sur les mêmes aspects de leur personnalité.
-Manque de maîtrise des principales scènes d'action qui, malgré une évidente bonne volonté, laissent un surtout planer un évident sentiment de confusion.
-Enfin manque de maîtrise de l'aspect psychologique des personnages, desservi par des dialogues d'une platitude digne de « Sous le Soleil », ceux-ci éprouvant des sentiments assez prévisibles en fonction de leur statut.
Que reste-t-il donc de ce roman qui puisse le sauver de l'oubli ?
Une évidente fluidité de lecture et en dépit de tous ces défauts, certaines bonnes idées. Sans oublier un monde spectaculaire à la magie omniprésente.
Cet  ouvrage aurait pu être conseillé pour une lecture distraite en attendant le métro, si deux défauts majeurs ne s'étaient mis en évidence :
-tout d'abord cet ouvrage fait partie d'une trilogie, et force le lecteur à l'acquisition des deux autres opus pour former une histoire un tant soit peu compréhensible et « lisible ». Cette mode des multi-logies (initiée par Star Wars) commence à être véritablement aussi lassante qu'onéreuse (chaque ouvrage coûtant ici 109 francs), amenant bien trop souvent jusqu'à l'essoufflement un contenu déjà pauvre.
-Ensuite, faute d'avoir su maîtriser la dualité de son background et de n'avoir su tirer le meilleur des deux mondes, on recommandera à l'auteur d'être plus modeste et en rapport avec son talent réel à l'avenir." nikolechef (4)

"J'ai lu ici une opinion assez critique sur Fetjaine... Opinion que je ne partage pas ! Certes, il écrit sur un mythe maintes et maintes fois revisité. Du coup, tout le monde l'attend au tournant. Tu (vous...) dis que son monde est simpliste et flou, pas d'accord. Ou l'imagination te fait défaut. C'est un éclairage intéressant et merveilleux sur les relations entre ces peuples (enfin surtout elfes-nains-hommes) que je trouve plus plausibles que dans certaines autres (merveilleuses aussi, plus magiques même) épopées (LOTR bien sûr). Mélange de légende et de personnages historiques (Merlin, si si parfaitement), jonglage habile dans l'univers médiéval des légendes arthuriennes, dont chacun a déjà sa petite idée (voilà un des problèmes. Toujours cette comparaison : "Ah oui mais dans "Les Dames du Lac" Morgane est brune..."). Ecrits d'une plume légère et envoûtante dont je suis sortie le sourire aux lèvres et les yeux tournés vers la part celtique qui est en moi. Je vote POUR. Et  pas BESOIN d'acheter la trilogie. Le premier roman se suffit par exemple à lui-même. Si tu as lu la suite : alors tu étais curieux... D'ailleurs : les livres de Fetjaine se lisent très vite. Je dois admettre que leur brièveté fait que l'on a pas le temps de s'attacher aux personnages, qui restent des personnages, et non des compagnons dont on partage les aventures. Voilà la seule chose qui pourrait gêner le lecteur : qu'il reste un spectateur et soit soumis aux caprices de l'auteur sans avoir l'impression d'entrer dans l'histoire. (Mais encore une fois : ce n'est pas une quête.)" Sylh (8)