William Gibson (1948 - )
Gravé sur chrome N (Jai Lu 2940) DrikC
Fragments de rose en hologramme N (Librio)
Neuromancien (Jai Lu 2325) [Hugo 1985] [Nebula 1984] DrikC
Comte zero (Jai Lu 2483)
Mona Lisa séclate (Jai Lu 2735)
Lumière virtuelle (Jai Lu 3891) Camomille
la Machine à différences (avec Bruce Sterling) (Robert Laffont Ailleurs & Demain) DrikC
Idoru (Flammarion)

Gravé sur chrome

"Ce receuil de nouvelles est surtout appréciable pour la première de ces nouvelles où l'on découvre comment Molly est devenue une solo de choc (à lire de préférence après le cycle du neuromancien pour encore plus apprécier). Ainsi que pour la dernière des nouvelles ,qui est must de simplicité et de dépouillement mais qui décrit les états d'esprit de deux hackers chevronnés façe à un coups un peu gros pour eux. avec en prime quelques nouvelles qui ne sont pas franchement cyber mais qui sont franchement sympa (notament créatures de la nuit qui décrit la métamorphose d'un employé modèle en une créature de la nuit allant de bar en bar pour vivre)" DrikC(8)
Retour

Neuromancien

"Gibson, le prince du cyberpunk nous offre ici le cycle culte du cyberpunk (à mettre au même niveau que Cablé de B.Sterling). Dans le neuromancien, on suit les tribulations d'un ancien hacker au cerveau grillé et d'une garde du corps au verres miroirs qui vont à aider à libérer une IA du réseau qui l'enferme. Dans comte zéro, on apprend que les dieux vaudous existe et qu'ils aiment bien jouer dans le cyberEspace au détriment des utilisateurs bien entendu. Finalement dans mona lisa s'éclate, on assiste à la convergence de tous les problèmes vers un pauvre héros qui va tant bien que mal réussir à s'en sortir (enfin, normalement)." DrikC(8)

Hmmm Cablé ne serait il pas plutôt de Walter John Williams ??


Retour

Lumière virtuelle

"Que ceux qui ont aimé Johnny Mnémonic ou Mattrix se précipitent. Vous êtes face à une Oeuvre! L'auteur est l'un des créateurs du courant cyber punk, branche de la science fiction dans laquelle les états ont disparus pour être remplacés par des multinationales gigantesques. Dans ce monde vous avez trois catégories de personnes: les employés des multinationales -garantie d'emploi, salaires conséquents et sécurité matérielle -, les paumés sans avenir et sans perspectives et les mercenaires. Ce livre s'attache à un mercenaire, spécialisé dans le piratage informatique, et qui s'interface directement avec son ordinateur -ah les biopuces!- pour entrer dans le monde de la matrice. L'écriture est saccadée, frénétique, traduisant un monde perpétuellement en agitation. W. Gibson introduit de nombreux concepts nouveaux, un vocabulaire spécifique, bref il génère un nouveau monde, très sombre et déprimant. Il est un peu difficile d'y pénétrer mais accrochez vous et partez pour un futur pas si lointain, malheureusement... Evitez le quand même si vous êtes en pleine déprime ;-) A lire plusieurs fois, de toute façon" Camomille(7)


Retour

la Machine à différences

"Plus un exercice de style pour les deux grands du cyberpunk qu'un romans fantastique. L'histoire se passe à la fin du XIXème, dans un monde où la machine de Babbage (l'ancêtre de l'ordinateur) à les capacités des ordinateurs actuelles et est quasiment aussi répandus." DrikC(5)
Retour