Dan Simmons


Le chant de Kali (Jíai Lu 2555)
Les larmes díIcare (Denoël Présences)
Líéchiquier du mal (Denoël PDF 607 & 608) [Locus 1990] Madouc Kheldar Banjo
Nuit díété (Livre de Poche) [Locus 1992]
Líhomme nu(Livre de Poche 13998) Ghaxir
Les fils des ténèbres (Livre de Poche 14120) [Locus 1993]
LíAmour, la Mort N (Livre de Poche 14168)
Les feux de líÉden (Livre de Poche 14405) [Locus 1995]
Le Styx coule à líenvers N (Denoël Présences)
Les chants díHypérion Olivier LLyr Ghaxir Banjo
1 - Hypérion (Pocket 5578 & 5579) [Hugo 1990] [Locus 1990]
2 - La chute d'Hypérion (Pocket 5580 & 5581) [Locus 1991]
3 - Endymion (Robert Laffont Ailleurs & Demain)
4 - Líéveil díEndymion (Robert Laffont Ailleurs & Demain) [Locus 1998]

 

Líéchiquier du mal

"Je ne me risquerai pas à vous résumer l'histoire, je ne vous raconterai pas la chute (ce qui ne servirait à rien à moins d'en être à 10 pages de la fin du quatrième tome), et je ne trouve pas de mots pour exprimer l'ensemble (...) En somme, je mets un 9 au tout, le troisième tome étant un peu moins exceptionnel que les autres..." Madouc(9)

"En tentant d'être pour une fois plus prolixe que Madouc, je m'attaque donc à l'une des principales oeuvres de Dan Simmons. L'échiquier du Mal, dont le sens se fait de plus en plus clair au fil des pages, est une oeuvre bizarre. A première vue, il peut sembler que l'auteur cherche uniquement à choquer le lecteur par des actes de sexe et de violence souvent gratuits décrits d'une manière des plus réalistes. Et puisque l'intrigue fantastisque est très bien ficelée, on se laisse prendre au Jeu tout au long de ces mille pages. Mais non seulement la forme de cette oeuvre fantastique est excellente, il en est de même sur les messages de fond qu'elle contient, comme un éclairage nouveau sur le génocide juif ou encore une certaine vision de l'ancienne opposition Nord-Sud des Etats-Unis. Un livre divertissant et instructif, que demande le peuple?" Kheldar(8)

"Je ne suis pas un très grand connaisseur en livres d'horreur mais l'Échiquier du Mal est une réussite sur toute la ligne.  Des personnages des plus intéressants(machiavéliques à souhait pour les méchants et gentils débrouillards mais complètements dépassés par la situation).  Côté psychologique, j'ai rarement "ressentis" un livre(émotions et sentiments) autant que cela.  Les personnages souffrent et on veut nous le faire comprendre, comme dirait Tarantino.  Le style ultra violent tend à nous rappeler constamment que Dan Simmons ne tient pas tant que ça à ses personnages, contrairement un style habituel des "héros quasi-immortels qui, bien que David, triomphent sans pertes des Goliaths" et ça ajoute une très bonne touche de suspense.  Le dernier livre est un peu plus moyen car certains passages sont bien trop tirés par les cheveux.  L'humour noir est toujours omniprésent et terriblement grinçant tel les dernières ligne sur le destin de l'un des "vampires psychiques".  L' auteur nous tient en son pouvoir tout le long de cette partie admirablement jouée où les pions, de chair et de sang ceux-là, ne sont pas toujours ceux qu'on pense."  Banjo (8)
 

Les chants díHypérion
"Ce commentaire porte sur les 2 premiers livres des chants d'hypérion.Ces 2 livres sont très bien fait de par le développement de l'histoire qui n'évolue pas de manière linéaire... Dan Simmons nous décrit ici un univers où les mondes parallèles se confondent ainsi que le temps qui... A lire uniquement pour les amateurs de SF averti (l'intrigue est assez complexe) La note est excellente, mais attention c'est totalement personnel !!!"  Olivier(7)

"La suite des Chants d'Hypérion... On s'attendrait presque à une vraie suite, qqchose de palpitant, de complexe et grand. Pour le complexe on est servis pas de problème : desintrigues, des messies, des mondes bizarres, une religion toutes puissante, le retour du TechnoCentre. Mais on sent, malheureusement, le coté "j'ai un bon filon, me faut des sous" derrière ces quatre livres... Dommage... Pour ceux qui ont la fibre religieuse et surtout catholique, ne seront pas perdus, pour les autres, cela ressemble à une série de descriptions, de prédictions, etc etc... Le monde narratif au présent pêche. On se demande si c'est bien l'autre des superbes Chants d'Hypérion qui a écrit cela. Les seuls points interessants sont que les cotés "sombres" de la première quadralogie sont expliqués. Bref, j'ai été déçu par cette suite, qui n'en est pas une..." LLyr(5)

"L'histoire se déroule dans un futur relativement proche (par rapport à d'autre références comme Dune ou Fondation), avec comme base notre Univers connu. L'Univers est agité : le Gritche, un monstre d'acier hérissé de piquants aussi tranchants que des lames de rasoir, s'éloigne de plus en plus des Tombeaux du Temps pour perpétrer ses massacres. Alors que toute la population d'Hypérion, la planète qui abrite les mystérieux Tombeaux, fuit massivement vers le spatioport, sept personnes, six hommes et une femme, font le chemin inverse. Sur la route, ils vont se raconter leurs histoires personnelles, et les motivations qui les ont poussé à accomplir ce voyage vers les Tombeaux du Temps.
Pour ne pas y aller par quatre chemin : la saga d'Hypérion (les Cantos et les Voyages d'Endymion) est une des meilleures oeuvres de SF que j'aie pu lire. Dan Simmons est un magicien à l'imagination surprenante et grandiose, qui réussi la prouesse de créer un Univers à la fois complexe et original. J'ai accroché jusqu'au bout, pour de multiples raisons : le style très moderne et très agréable de Simmons sert admirablement une intrigue complexe et très bien menée, de grande envergure et pleine d'émotion. Simmons s'essaie à des styles aussi divers que le policier ou le poétique (pour les Cantos)... et il y réussi. On ne s'ennuye pas une seconde. Ce qui rend cette oeuvre différente de beaucoup d'autres romans de SF tient principalement dans le fait qu'elle ne se contente pas de nous livrer une histoire, elle nous livre sa propre Histoire en nous offrant sa vision des mécanismes profonds de l'Univers. Ca peut paraitre ambitieux, mais le paris est tenu  : on accroche, on y croit, on entre  dans les rêves de l'auteur. Que demander de plus ?" Ghaxir (10)

"Ayant découvert Dan Simmons par son excellent Échiquier du Mal, j'ai voulu continuer dans un autre registre en commençant Les Cantos d'Hypérion, décrit par plusieurs de mes amis comme un chef-d'ouvre de SF.  Bien que peu attiré par le genre au départ, j'ai rapidement été conquis par le style littéralement hallucinant de Simmons.  L'intrigue démarre lentement mais ce n'est que pour mieux prendre le pouls des nombreux personnages, tous très approfondis et des plus crédibles.  Une histoire parfois confuse au niveau de la tonne de développements qui s'y produisent mais incomparable tant au niveau de l'originalité que de la narration.  Un autre des intérêts de ce cycle réside dans le côté culturel qui est mit de l'avant: Dan Simmons semble quelqu'un de très cultivé et son récit regorge de références dans les domaines les plus divers, d'humour noir et de regards parfois cyniques mais souvent juste sur notre société.  Bref un récit excellent mais à confier seulement à des lecteurs avertis.  Je vous laisse car je dois aller lire, ou plutôt dévorer, Endymion moi..." Banjo (9)
 
 

Líhomme nu
"Jeremy Bremen est un brillant mathématicien. Il possède de plus un don très rare : depuis son adolescence, il "perçoit" les pensées de tous les gens qui l'entoure. Il est télépathe. Malheureusement, il ressent cette faculté comme un handicap : une "radio allumée en permanence dans sa tête". Lors d'une soirée chez des amis, il rencontre Gail, également télépathe. Quelques semaines plus tard, ils se marient... L'histoire débute avec la mort de Gail. Jeremy se retrouve alors seul face aux agressions mentales perpétuelles des gens qu'il cotoie, à la merci de la neuro-rumeur du monde. Sa descente aux Enfers commence... Dans le livre, on suit l'histoire de Bremen, entrecoupée de scéances "flashback" qui racontent chaque fois une anecdote importante de la vie de Jeremy et de Gail et nous offrent à chaque fois une meilleure compréhension de l'histoire en cours. Un concept très agréable, et rapidement captivant ! Une oeuvre qui a des hauts et bas dans sa noirceur, mais jamais dans sa qualité ! Ajoutons à cela que le style très moderne de Dan Simmons est admirablement adapté à son récit (Simmons est définitivement très doué pour nous faire frissonner aux moments clés). En bref, un livre très agréable à lire, distrayant, et qui ne vous laissera pas indifférent." Ghaxir(8)